Vous êtes ici

Les condylomes (HPV)

Les condylomes (HPV)

Les Papillomavirus humains (HPV) sont une famille de virus qui infectent la peau et les muqueuses. Il en existe plus de 200 types : certains provoquent des condylomes (verrues génitales, anales et dans la gorge) tandis que d’autres, plus graves, peuvent être à l’origine de cancers (col de l’utérus, vagin, vulve, anus, pénis, bouche et gorge). 

 

Plus de 700 cas de cancer du col l’utérus sont diagnostiqués chaque année en Belgique. Pratiquement la totalité d’entre eux sont dus à une infection chronique par le HPV. Plus ou moins 80% de la population sexuellement active est un jour confrontée à une infection par le HPV, dont la majorité entre 15 et 24 ans. Dans la plupart des cas, le virus disparaît sans rien faire après 1 ou 1,5 an grâce à l'immunité naturelle.  

Vaccin :

2 vaccins sont disponibles actuellement en Belgique. Ils se différencient par leur « valence », c’est-à-dire le nombre de types différents de HPV contre lesquels ils protègent

Le vaccin 2-valent protège contre les HPV 16 et 18, c’est-à-dire contre les HPV responsables de 70% des cancers du col de l'utérus et de la majorité des cancers de l’anus

Le vaccin 9-valent protège contre les HPV 6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58 qui sont responsables des condylomes et de 90% des cancers du col de l'utérus et de tous les cancers anaux

Ces vaccins contre le HPV sont administrés en 2 injections (avant 15 ans) ou 3 injections (à partir de 15 ans) dans la partie supérieure du bras. La vaccination contre le HPV est généralement bien tolérée, seule une légère douleur et une irritation au niveau du site d’injection ainsi que des maux de tête sont parfois rapportés. Il convient néanmoins de lire la notice du vaccin choisi pour toute éventuelle contre-indication ou ef et indésirable

Quand faire le vaccin ?

Pour obtenir une efficacité optimale du vaccin, que l’on soit une fille ou un garçon, il ne faut pas avoir été infecté·e par le virus. D’où l’importance de se faire vacciner à un âge précoce, avant les premiers contacts sexuels

Si vous avez déjà eu des rapports sexuels, vous pouvez envisager la vaccination avec votre médecin. Il est possible que vous soyez infecté·e par un type ou plusieurs types de HPV présent(s) dans le vaccin. Dans ce cas, le vaccin vous protège uniquement contre les types de HPV par lesquels vous n'avez pas été infecté·e. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin. 

Pour les filles/femmes, il est nécessaire de poursuivre le dépistage par frottis vaginal même après la vaccination, celle-ci ne protégeant pas contre tous les types de HPV. 

 

En Fédération Wallonie-Bruxelles, il y a plusieurs manières de se faire vacciner que l’on soit une fi lle ou un garçon

Gratuitement, via la vaccination scolaire (Promotion Santé à l’École), pour les filles et les garçons de 13-14 ans (ou tout élève inscrit en 1ère différenciée, en 2ème secondaire ou de 13-14 ans dans l'enseignement spécialisé). Si vous le souhaitez, votre médecin traitant peut également vacciner, mais dans ce cas les frais de consultation sont à votre charge (le vaccin est aussi gratuit). Pour ce groupe d’âge, le schéma vaccinal consiste à injecter 2 doses à 6 mois d’intervalle. 

Une vaccination de rattrapage est conseillée pour les filles et les garçons de 15 à 26 ans, sur base individuelle (prescription médicale). Dans ce cas, on recommande 3 doses (la deuxième dose 2 mois après la première et la dernière 5 à 12 mois plus tard). Vérifiez auprès de votre médecin les éventuels remboursements auxquels vous avez droit. 

Comme les infections par le HPV et les lésions précancéreuses et cancéreuses associées sont plus fréquentes chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ou en cas d’affaiblissement du système immunitaire, il est conseillé aux personnes vivant avec le VIH et aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes de se faire vacciner contre le HPV. Actuellement, ces vaccins ne sont pas remboursés pour ces deux publics. Au 31/08/2019, cela coûte environ 69€/dose pour le vaccin 2-valent et environ 135€/dose pour le vaccin 9-valent. 

Pour toute vaccination, un remboursement à hauteur de 25€ par an est possible auprès de votre mutuelle en échange de l'attestation d'achat du vaccin auprès d'une pharmacie.   

Symptômes 

Pour les condylomes : des petites verrues indolores, ayant un aspect de chou-fleur, apparaissent sur les organes génitaux, l’anus ou la gorge au plus tôt 6 semaines après la contamination. Attention, ces verrues peuvent passer inaperçues mais elles sont néanmoins très contagieuses.  

Pour les cancers : Quand l'infection au HPV persiste, il peut y avoir apparition de lésions précancéreuses, invisibles à l'oeil nu et peu symptomatiques. Ces lésions peuvent apparaître jusqu'à 10 ans après l'infection et peuvent se développer sur le col de l'utérus chez la femme, ainsi que sur les zones génitales, anales et oropharyngées (langue et amygdales) tant chez l'homme que la femme. 

 

Vous pouvez être porteur·teuse d’un HPV sans avoir le moindre signe ou symptôme visible, vous pouvez dès lors transmettre le virus sans le savoir.  

Dépistage

Pour les condylomes : examen médical visuel des parties génitales et de l’anus et examen ORL pour la bouche et la gorge. 

Pour le cancer du col de l’utérus : frottis (prélèvement médical sans douleur d’un liquide ou de cellules de l’organisme en vue d’un examen microscopique) pour le dépistage des lésions précancéreuses. Un frottis régulier permet de diminuer le risque de cancer du col de l’utérus. 60% des décès causés par le cancer du col de l’utérus peuvent être évités grâce au frottis. En Belgique, on recommande à toutes les femmes de 25 à 65 ans d’eff ectuer régulièrement un frottis de dépistage. Ce frottis est remboursé à raison d’une fois tous les 3 ans

Pour le cancer anal qui touche plus les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes et les femmes qui ont déjà eu des lésions du col, il existe des moyens de dépistage chez le spécialiste. Parlez-en à votre médecin. 

 

Pour les lésions précancéreuses, comme la zone ORL et les organes anogénitaux externes ou interne (canal anal), il n’existe pas encore de techniques de dépistage facilement réalisable hormis un examen clinique approfondi.  

Traitement

Pour les condylomes : verrues soignées grâce à une crème et si besoin, extraction locale des verrues ou traitement au laser. Attention, les verrues génitales et de la gorge peuvent réapparaître; mais heureusement, elles peuvent aussi s’atténuer ou disparaître spontanément. Chaque année, en Belgique, il y a environ 18.000 femmes et hommes qui ont des condylomes. 90% de ces verrues peuvent être évitées grâce au vaccin anti-HPV. 

 

Pour les cancers : l’infection chronique par le HPV peut provoquer des lésions précancéreuses qui peuvent passer inaperçues. Chez une majorité des personnes infectées par le HPV, ces lésions vont régresser toutes seules, sans traitement. Mais ces lésions précancéreuses peuvent aussi évoluer vers un cancer; il est donc important de dépister ces lésions à un stade précoce car on peut les traiter avant qu'elles ne se transforment en cancer par une petite intervention chirurgicale ou encore des traitements locaux. Si le diagnostic se fait à un stade plus tardif de cancer, un traitement par chirurgieradiothérapie ou chimiothérapie sera proposé. 

Modes de transmission spécifiques

Il s’agit de l’IST la plus fréquente et la plus contagieuse. Elle se transmet de 3 manières. 

  • Par contact sexuel (oral, anal, vaginal, pénis). 
  • Par contact cutané avec les condylomes et/ou les lésions précancéreuses lors de frottements ou caresses sexuelles (transmission par les doigts). 
  • Par transmission de la mère à l’enfant lors de l’accouchement. Ceci est sans conséquence pour le nouveau né car l'infection est transitoire.  

 

Mode de protection

  • Préservatif pour les pénétrations (vaginales, anales) et la fellation (mais pas toujours efficace à 100% car des lésions peuvent dépasser de la zone couverte par le préservatif). Carré de latex pour le cunnilingus et l’anulingus
  • Éviter tout contact de la bouche et des doigts avec les verrues et avec les lésions précancéreuses. 
  • La vaccination contre le HPV est un moyen de prévention efficace. Il existe des vaccins contre les types de HPV les plus courants et les plus dangereux. De cette manière, même en cas de contact avec le virus HPV, des anticorps le détruiront naturellement et empêcheront l’infection de se propager.  

Téléchargez la brochure sur le HPV

Brochure HPV papillomavirus

 

 Téléchargez le flyers

Flyers HPV